Un problème qui touche tout les Taxis : La pause pipi ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un problème qui touche tout les Taxis : La pause pipi ...

Message  taxi parisien le Ven 16 Mar - 20:51

Je vais essayer de mettre sur ce post tout ce que je pourrait trouver sur l'hygiène urinaire qui nous touche tous à se retenir quelquefois pendant plusieurs heures et comme on doit boire beaucoup d'eau dans notre métier,l'un ne va pas sans l'autre.

Vous auriez préféré un sujet plus glammour mais celui -çi reste trop souvent tabou chez les taxis et pourtant il est très grave de se retenir d'uriner.Il n' ya pas que l'argent dans la vie,si vous arrivez à la retraite avec une vessie déglinguée et un cancer de la prostate,la retraite va être longue dans les salles d'attentes d'hopitaux !
On pourra toujours y aller en taxi conventionné à qui l'on aura revendu sa plaque mais bon...Mieux vaux prévenir et connaitre un des risques de notre métier beaucoup plus fréquent que les agressions ou taxis basket..

Une infirmière dit ceci:

La vessie est un muscle qui a une capacité de déformation certaine. Lorsque la vessie contient environ 400 ml, l'envie d'uriner se fait sentir.

Si tu te retiens trop longtemps, tu risques le globe vésical (ou syndrome de rétention aigu d'urine), c'est comparable au "claquage du sportif" ! Ta vessie sera pleine, elle se contractera mais tu seras dans l'impossibilité d'uriner car les sphincters (les "vannes") seront fermés.

C'est très douloureux et ca nécessite d'aller aux Urgences pour faire un sondage vésical très rapide (introduction d'une sonde urinaire dans le méat jusqu'à la vessie).

Autre bipéquence, les reins ne vont pas apprécier ton habitude, car l'urine risque de remonter vers eux et les détruire à cause de l'acidité...

A plus long terme tu risque surtout l'incontinence urinaire !



FAUX. Boire trop d'eau le soir n'augmente pas les risques de cancer de la prostate. Cependant, boire trop peut donner envie d'uriner durant la nuit et entraîner des rétentions d'urine qui, elles, sont mauvaises pour la vessie et la prostate. Se retenir d'uriner peut entraîner des infections urinaires.

ET SUR UN BLOG D'UROLOGIE,J'AI TROUVE CELA :
Urologie : définition
L’urologie est la spécialité médicale qui s’intéresse et soigne l’appareil urinaire des deux sexes, l’appareil génital masculin (prostate et organes génitaux externes) et traite les maladies qui s’y rapportent comme les calculs urinaires, les malformations, les tumeurs et l’incontinence.

Le système urinaire
Après l’absorption des aliments et des boissons et le travail du système digestif, le métabolisme cellulaire produit des déchets azotés.

Ceux-ci sont transportés dans le sang jusqu’aux reins dans lesquels ils pénètrent par l’artère rénale.

Les reins
Véritables usines de retraitement, les reins filtrent les déchets et les transforment en urine.

Celle-ci ne s’écoule pas des reins en un flux continu, mais est projetée toutes les 20 à 30 secondes grâce à des contractions périodiques (ou ondes péristaltiques) dans les uretères, tubes étroits mesurant de 35 à 45 centimètres de long et 3 millimètres de diamètre environ, qui conduisent l’urine dans la vessie.

La vessie
Sorte de sac composé de fibres musculaires, la vessie stocke l’urine jusqu’à son évacuation ou miction.

Elle peut contenir environ 500 millilitres, mais l’envie d’uriner peut se faire sentir à partir de 250 à 300 ml.

L'urètre
L’urètre est le canal reliant la vessie avec l'extérieur.

Chez l'homme, il permet de transporter l'urine de la vessie jusqu'à l'extrémité du pénis, mais aussi le sperme lors de l'éjaculation.

Chez la femme, l’urètre se termine par un orifice situé au milieu de la vulve.

L'urine
L’urine contient principalement de l’eau et des déchets : urée, ammoniaque, acide urique, créatinine, etc.

Selon son état de santé, son régime alimentaire, les médicaments absorbés comme des diurétiques, etc. une personne élimine en moyenne un à deux litres d'urine par jour.

L’intervention du cerveau donne à la miction son caractère socialisé et contrôlé.

Même si l’ensemble de ce mécanisme échappe à notre contrôle, nous pouvons commander une miction de précaution pour éviter d’être surpris par une envie d’uriner au « mauvais » moment, pendant une réunion professionnelle, un examen ou une séance de cinéma…

L'incontinence urinaire
Définition
Il existe deux types d’incontinence :

L’incontinence liée à l’effort est due à une faiblesse du périnée et du sphincter urinaire.

Lorsque ces muscles ne sont plus capables d’assurer leur fonction de contrôle, une augmentation de la pression abdominale occasionnée par un effort entraîne des fuites.

L’incontinence liée à une hyperactivité vésicale
On l’appelle également incontinence par impériosité ou “urgenturie”.

La vessie se contracte trop tôt, provoquant des envies intempestives, très handicapantes au quotidien.

Cette hyperactivité vésicale peut cacher une maladie : infection urinaire, polype ou calcul dans la vessie, inflammation vaginale ou encore maladie neurologique.

Incontinence urinaire de la femme
En raison de leurs spécificités anatomiques, des grossesses et de la ménopause, les femmes sont plus exposées que les hommes à l’incontinence urinaire.

Celle-ci toucherait 10 à 20 % de la population féminine.

Plusieurs facteurs interviennent dans l’apparition de l’incontinence urinaire : la grossesse, des sports comme l’athlétisme, la gymnastique, l’équitation qui exercent une forte pression sur l’abdomen, et le tabac.

La femme est d’autant plus exposée que son périnée, le muscle qui entoure et soutient ses organes génitaux, est fragile.

Inconinence urinaire de l'homme
Le risque d’incontinence urinaire augmente avec l’âge chez l’homme.

Il concerne 3 à 5 % des hommes de 45 ans et en atteint 30 % à partir de 90 ans.

L’adénome de la prostate est la cause la plus fréquente d’incontinence.

Son traitement chirurgical peut aussi entraîner une incontinence urinaire d’effort.

Incontinences d'origine neurologique
L’incontinence urinaire peut aussi être le premier signe d’une maladie neurologique comme une lésion de la moelle épinière, une sclérose en plaques ou une maladie de Parkinson.

L’urologue prescrira des examens complémentaires ou adressera le patient à un neurologue.

Incontinence liée à une instabilité neurologique de la vessie
Le traitement comporte des antispasmodiques qui agissent sur le contrôle neurologique de la vessie et peuvent être associés à une prise en charge comportementale.

En cas d’échec du traitement, des techniques chirurgicales peuvent être proposées comme la mise en place d’un pacemaker de la vessie.

L’appareil envoie un courant électrique de faible intensité sur les nerfs allant vers la vessie dont il module le contrôle nerveux.

Traitements chirurgicaux
La technique des bandelettes sous-urétrales TVT (Tension free Vaginal Tape) ou TOT (Trans-Obturator Tape).

C’est la chirurgie la plus courante de l’incontinence d’effort. L’intervention est réalisée sous anesthésie générale ou péridurale.

Le chirurgien place une bandelette sous le canal de l’urètre qui le soutiendra pendant un effort et évitera qu’il ne s’ouvre.

L’intervention ne dure qu’environ trente minutes et ne nécessite qu’une très brève hospitalisation.

Elle est très efficace puisque son taux de réussite est de 80 à 90 %.

Lorsque les sphincters contrôlant l’ouverture de la vessie sont trop endommagés, on peut envisager la pose d’une prothèse sphinctérienne.

Une nouvelle technique, dite des « ballons ajustables » est actuellement développée.

Placés sous anesthésie locale (ou générale), ils permettent de renforcer la fermeture du canal de l’urètre de la femme.

Après la ménopause, un traitement hormonal local peut être associé à la chirurgie ou à la rééducation afin de redonner une certaine souplesse aux tissus.

Rééducation du périnée après une naissance
Six semaines après une naissance, lors de la visite médicale post-natale, le médecin vérifie l’état du périnée, souvent mis à rude épreuve lors de l’accouchement, s’il le juge nécessaire, il prescrira des séances de rééducation.

Dix de ces séances, effectuées avec une sage-femme ou un kinésithérapeute sont remboursées à 100% par la sécurité sociale.

Les exercices consistent à contracter les muscles entourant le vagin. Il existe plusieurs techniques :

Le bio-feedback (rétrocontrôle)
permet à la femme de prendre conscience du fonctionnement de ses muscles au moyen d'une sonde introduite dans le vagin associée à un signal sonore ou visuel indiquant la contraction et le relâchement.

L’électrostimulation :
une sonde vaginale envoie un très léger courant électrique et occasionne ainsi des contractions rythmées involontaires.

Le fauteuil de rééducation :
la patiente est assise toute habillée dans le fauteuil. Un courant magnétique passe sous le fauteuil et déclenche des contractions du périnée.

Toxine botulique : le traitement de l'avenir ?
La toxine botulique est utilisée depuis 2000 en France pour soigner des incontinences d’origine neurologique.

En décontractant et paralysant le muscle vésical, la toxine botulique permet de traiter les vessies présentant une hyperactivité.

Des études cliniques sont en cours pour savoir si ce traitement serait applicable avec succès à d’autres types d’incontinence.

Prévention
Bien uriner, c’est préserver son périnée, cet ensemble de muscles soutenant tous les organes se situant au niveau du bassin, et sa vessie.

Cela s’apprend à tout âge. Voici les quatre règles d’or :

Ne pas se retenir quand on a envie
Se détendre complètement : c’est un acte nécessaire et non une corvée
Ne pas pousser : la vidange de la vessie doit se faire en douceur pour ne pas abîmer le périnée
Vider complètement sa vessie pour éviter la prolifération de germes risquant d’entraîner une infection urinaire
VOUS TROUVEREZ ENCORE PLUS D'INFO ICI
Une solution que les routiers connaissent bien l'urinoir en plastique hermétique :c'est çà où un cancer de la prostate,je ne parle même pas de la gêne quand vous restez deux heures dans les bouchons




et pour vous Mesdames les chauffeurs de taxis;




taxi parisien
Administrateur
Administrateur

Messages : 1403
Date d'inscription : 16/03/2012
Age : 50
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum